Une politique culturelle est-elle possible en milieu rural ?

 La culture c’est quoi ? ça sert à quoi ?

La culture est-ce un droit ? une nécessité, un devoir ? un loisir ? un luxe ?

 

La culture participe à la construction de la société en créant, valorisant, consolidant des valeurs communes, en développant l’ouverture d’esprit et en élevant l’âme, sans quoi il ne peut y avoir tolérance et innovation.

La culture c’est un héritage, un patrimoine à détecter, à sauvegarder, à actualiser, à diffuser.

La culture c’est aussi le potentiel de création, d’imagination, d’expérimentation d’une société.

Créateur ou public, la culture est d’abord une pratique active, intentionnelle et s’oppose à  une pratique de consommateur. C’est une expérience à vivre individuellement ou collectivement.

C’est toujours une prise de risque : pour le créateur, pour le programmateur, pour le financeur, pour le public. (il est acquis qu’en allant au cinéma on prend le risque d’être déçu par le film. Cela l’est moins dans le domaine du spectacle)

La culture : une affaire publique et individuelle.

.

Une politique culturelle pourquoi ?comment ?

Quelle est le rôle culturel de l’état ?

Détecter, sauvegarder, actualiser, diffuser, transmettre, sensibiliser, éduquer, soutenir la création…

Gérer le passé et le futur, respecter le patrimoine et s’ouvrir à la nouveauté, favoriser la médiation entre les œuvres et les publics.

Quels sont ses moyens ?

Subventions, résidences d’artistes, musées, DRAC, FRAC  attachés culturels…

.

Quel est le rôle et quels sont les moyens d’une petite commune rurale ?

Distinguer avant tout ce qui relève de l’animation socioculturelle (et vise avant tout à renforcer le lien social : la culture par tous), de ce qui relève de la politique culturelle (médiation, diffusion, programmation, soutien à la création : la culture pour tous).

.

Programmer quoi ? Dans quelles conditions ? Quand et pour qui ?

La politique culturelle englobe culture artistique (arts plastiques, musique, cinéma, arts du spectacle : théâtre, danse, cirque …), culture scientifique et culture historique.

Toute politique culturelle (fonds publics) est soumise à une exigence de qualité professionnelle et à une hiérarchie de valeurs. Le chef d’œuvre est par nature ce qui a une valeur supérieure, en général esthétique. Mais l’œuvre peut aussi avoir un intérêt historique, novateur… Et c’est là que la difficulté commence… La commune peut-elle s’appuyer sur un professionnel ou une personne compétente pour juger de la qualité des intervenants professionnels qui seront programmés ? Et de l’intérêt de l’œuvre ?

Quelle œuvre pour quel public ? Il est impératif de connaître les pratiques (ou l’absence de pratiques) culturelles du public concerné par la programmation et donc connaître ses repères.  Et aussi le champ dans lequel l’œuvre s’inscrit (Il est donc nécessaire d’avoir une connaissance solide des nuances entre  culture officielle, savante, alternative, transversale,  culture urbaine et  culture rurale,  patrimoine, les traditions, la création et la recherche, culture classique et novatrice…)

Un public peut être acquis d’avance ou à conquérir puis à fidéliser, à rassurer, à surprendre…

En milieu urbain, le potentiel numérique de spectateurs est toujours suffisamment grand pour assurer un minimum de participants à n’importe quel genre de manifestation donc assurer une réussite (soit en terme de satisfaction soit en terme de fréquentation). En milieu rural, le public est très spécifique. S’il n’a pas déjà une pratique régulière, c’est une politique de découverte, sensibilisation, fidélisation qu’il faut élaborer avec un professionnel. Compter environ 5 ans pour construire un public régulier, de plus en plus demandeur et exigeant.

.

Une règle : on ne programme pas une œuvre ou un sujet qu’on ne maitrise pas et dont on n’est pas convaincu de la qualité, de la nécessité et de la cohérence avec le reste de la programmation.

.

La programmation est accompagnée d’un plan de communication et de médiation.

2 réflexions au sujet de « Une politique culturelle est-elle possible en milieu rural ? »

  1. salut,
    je découvre le blog, moi je souhaite ouvrir un mini centre culturel en campagne; un cinéma numérique, un studio audio, un studio photos…
    je recherche des personnes ayant cette expérience pour échanger ainsi que des pistes déjà explorées par d’autres!!!
    JC

    1. Bonjour, je trouve le projet très intéressant. Il faut en discuter longuement. Moi j’ai des compétences surtout en arts plastiques mais j’ai mené une action culturelle associative pluridisciplinaire pdt 10 ans en milieu rural. Vous êtes sur Bondigoux?
      à bientôt
      Françoise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


6 + un =