Après les wisigoths…

En 584, se déclare dans notre région une famine et la première peste connue par l’histoire régionale. Elles font de graves dommages, des guerres entre seigneurs locaux se déclenchent, elles sont l’occasion de pillages et de chasses à la main-d’œuvre, car l’esclavage demeure largement répandu. En 587, St Bertrand de Comminges est détruit par les francs, Pompée n’était plus là pour défendre son œuvre…

A cette époque les sénateurs appartiennent encore aux quelques familles issues de l’aristocratie gallo-romaine ou wisigothe, ils continuent à diriger les cités pendant quelques décennies encore… Les francs tiennent les plus grandes villes et régions riches, ils s’installent lentement mais sûrement… Seule une aristocratie Franque et des soldats s’installent dans le sud de la Gaule, on peut dire que le « sang » franc ne coule pas dans les veines des habitants occitans, seuls les nobles par mariages croisés avec les wisigoths et les gallo-romains se fondront dans cette société méridionale. En dépit des exactions militaires et de la domination politique des rois barbares, wisigoths puis francs, la situation socioculturelle et économique de notre région changea très lentement. Son identité romaine ne disparaît pas ; une large autonomie politique et culturelle est maintenue au moins jusqu’au 7ème siècle. Les structures administratives sociales et religieuses romaines y subsistent sans interruption jusqu’au 8ème siècle, au moins dans les régions d’accès aisé comme les vallées de la Garonne et du Tarn et de leurs affluents. Les structures urbaines, quoique réduites, subsistent aussi derrière les murailles du Bas-Empire. Le Bréviaire d’Alaric II, roi des wisigoths, continue à organiser les relations juridiques.

Les flottes Vandales et musulmanes du 5ème au 7ème siècle ont perturbé le commerce transméditerranéen et mis fin à l’usage occidental du papyrus égyptien. Le support d’écriture s’est réduit alors au parchemin, rare et cher… De très nombreux textes anciens ont ainsi disparus par vétusté ou simplement leur support a été gratté puis remployé pour transcrire des textes juridiques important pour l’époque…

Sous le roi salien Clovis Ier, le plus grand des Mérovingiens, la puissance et l’étendue territoriale du royaume franc augmenteront considérablement. Ces Francs sont décrits en 458, par un gallo-romain:

 « Leurs cheveux roux sont ramenés du sommet de la tête vers le front, laissant la blanche nuque à découvert; leurs yeux verdâtres roulent une prunelle humide avec des tons blancs – leur visage est entièrement rasé; le peigne ne ratisse que de légères moustaches au lieu de barbe; des vêtements étroits serrent les membres de ces guerriers à la haute stature et s’arrêtent au-dessus du jarret qui demeure nu; un baudrier presse leurs flancs au ventre rentré. Ils excellent à lancer dans l’espace leurs haches rapides, sans jamais manquer leur coup, à rouler le bouclier; ils accompagnent d’un bond le vol de leur lance, et tombent avant elle sur leur ennemi, enfants, ils ont déjà la passion de la guerre. S’ils sont écrasés sous le nombre ou par le hasard de la position, la mort peut les abattre, jamais la crainte. Ils nient la défaite et leur courage semble survivre à la mort.»

Les Francs ont réussi à s’implanter solidement sur la totalité de la Gaule pour une simple raison: Clovis, marié à une chrétienne, s’est converti à la religion catholique en 496, alors que tous les autres barbares étaient encore des adeptes de l’arianisme. Le soutient de l’église chrétienne a permis une reconnaissance de ce roi par toute l’aristocratie romaine installée en Gaule…

C’est à cette époque que la population diminue, que les forêts et taillis reprennent le dessus compte tenu de la pénurie de main d’œuvre et de la désorganisation des campagnes et du commerce. Les famines, consécutives à la destruction des récoltes, les épidémies n’épargnent pas les survivants. Malgré tout, les populations aquitaines (1 et 2 qui correspondent à une région allant de Nantes à Bordeaux, filant jusqu’au Rhone et remontant jusqu’à Orléans pour faire vite), sont relativement moins affectées par ces bouleversements que celles du nord.

En 629 un nouveau « royaume de Toulouse » est créé pour faire face aux dangers venus de toutes parts. Il comprend les cités et régions de Toulouse, Agen, Périgueux, Saintes, Cahors, Albi, le Rouergue et le Gévaudan. Peu de temps après, un duc est nommé pour gérer la région, le premier connu est un « patrice » gallo-romain de Toulouse appelé Félix et qui de 660 à 670 ramène le calme dans la région. Son successeur, Lupus, est aussi un gallo-romain, il crée une solide armée avec des mercenaires Vascons et des hors-la-loi. Il tente de reconquérir le nord de l’Aquitaine en s’attaquant à Limoges. Il meurt vers 673. Loup est reconnu Duc d’Aquitaine I, de Béziers à Albi. Puis en 714, Eudes est duc et prince d’Aquitaine, il règne sur un véritable état qui va des Pyrénées à la Loire, de Rodez à l’Océan, dont la capitale est Toulouse.

Charles Martel, fils naturel de Pépin d’Héristal prend le pouvoir mais il doit reconnaître cet état en 720.

763-764. Hiver très rigoureux au cours duquel la mer fut gelée sur nos côtes. Dans l’intérieur de la Gaule, des froids extraordinaires furent signalés du début d’octobre 763 à la fin de février 764. En certaines contrées de notre pays, il serait tombé, au dire des historiens, jusqu’à 10 m de neige.

De 760 à 768, les Francs tentent de reconquérir les deux Aquitaines, les ravages et les destructions sont tels que l’on en trouve beaucoup de récits l’attestant. Pépin le Bref réussit à prendre Toulouse, Albi, Rodez et bien d’autres territoires en 768.

On a pour habitude de situer la fin de l’Antiquité et le début du Moyen-Age en 768.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


9 + sept =