Notre région sous Charlemagne

Charlemagne est seul maître en 772 du royaume Franc.

Neuf comtes, « comitatus » ou « fonctionnaires nouveaux », ont été nommés en 778 pour gérer les régions du royaume d’Aquitaine, qui sont comprises alors entre la Loire, et la Garonne, allant jusqu’au Rhône à l’Est en passant au dessus du Tarn, conquises depuis 768, et données à son jeune fils Louis 1er dit le Débonnaire âgé de seulement quelques mois. Il organise ainsi cette nouvelle partie du royaume franc comme l’avait fait en 614, Clotaire II, au travers de l’édit de Clotaire. Dans cet édit, le roi s’engageait à choisir les fonctionnaires du royaume parmi les propriétaires terriens des nouveaux territoires, et, à supprimer les fonctionnaires existant, issus des vieilles structures romaines. Il abandonnait ainsi une partie de son pouvoir royal à des « Comtes » locaux. Ces comitatus ou comites sont tous des chefs francs, parents de l’empereur ou bien des descendants de la noblesse wisigothique, ou plus rarement des descendants de sénateurs romains liés par mariages croisés à la noblesse Franque. Le premier comite de Toulouse, tout comme les autres fonctionnaires, est pair du royaume, et également appelé « duc », qui veut dire chef d’armées. De 778 à 790, Chorson sera donc le premier comte de Toulouse. La difficulté de diriger une région si loin de la capitale, Aix la Chapelle, et si éloignée culturellement des pays du nord oblige le roi à déléguer beaucoup de ses pouvoirs. Ce dernier repassera dans notre région en 778 lorsqu’il ira repousser les Sarrasins au delà des pyrénées. C’est à cette époque qu’il organisera la « marche » d’Espagne en attribuant aux populations de la frontière les premières chartes connues de coutumes et de privilèges.

Les ravages perpétrés par des « barbares » continuent. Les Hongres ou Hongrois, issus d’une tribu d’Asie nommée Magyar, sont arrivés en Gaule à la fin du 8ème siècle, ils dévastent le centre du pays, laissant de cruels souvenirs dans la mémoire collective, je pense ici à la légende de l’ogre toujours racontée à nos enfants, qui n’est qu’une déformation du nom de Hongre et qui fait encore si peur. Ceci démontre que l’imperméabilité des frontières est un leurre et pourtant nous sommes sous le règne de Charlemagne souverain de la Gaule, l’Italie, la Germanie et la Catalogne….. Notre pays, à ces époques, devait souffrir d’un déficit humain et organisationnel important pour permettre à des hordes peu nombreuses mais courageuses et avides de biens en or, concentrés alors dans les mains des gens d’Eglise, de venir impunément terroriser tout un peuple…

En 780, Louis le Pieux, fils de Charlemagne est roi d’Aquitaine. En 790, Guillaume, le cousin de Charlemagne sera le second comte de Toulouse. Guillaume sera un infatigable guerrier qui suivra Charlemagne lors de son passage dans les Pyrénées pour combattre les Sarrasins. En 793 il sera défait par Abd al-Malik qui, après avoir assiègé Narbonne pour tenter de la reprendre aux Francs, les rencontrera sur les bords de l’Orbieu. Il prendra Barcelone en 801 qui sera donnée à un comte goth.

Couronné Empereur Romain en décembre 800, Charlemagne prend conscience que le seul lieu possédant le savoir, l’église, ne maîtrise plus les rudiments du latin classique. Les textes liturgiques sont peu ou pas compris. Il fait chercher les experts les plus connus de l’Europe au-delà des Alpes et des Pyrénéens. Les plus efficaces lui vinrent des îles Britanniques, où le latin, totalement inconnu des indigènes, était une langue morte qu’il fallait enseigner systématiquement au clergé. Des institutions scolaires romaines existaient donc toujours dans ce pays. Charlemagne sut les attirer entre Loire et Rhin. Partant du rudiment, il fit d’abord restaurer l’alphabet. Il donna l’exemple en apprenant lui-même l’alphabet. Il encouragea le développement, modeste mais efficace des établissements scolaires. Cela aboutit à un renouveau de la culture romaine dans une région qui avait subi trois siècles de ravages et de destructions. Le feu reprit, il ne s’est plus éteint. C’est comme cela que naissent les légendes… « L’inventeur de l’école »…   Il fit également rétablir les rites romains dans les messes ainsi que l’art antique. Il appela auprès de lui des artisans et des orfèvres de Rome. Ainsi ce roi barbare fut l’instigateur du renouveau des arts antiques. Quand il fit construire son palai à Aix, il reproduisit ceux qu’il avait vus dans la péninsule romaine. En un siècle, la vitalité des artistes, maçons et autres orfèvres étaient réelle et la qualité des travaux rivalisait enfin avec ceux de l’époque antique. Les lettres retrouvèrent la noblesse des temps anciens et l’on jeta même les bases de la première philosophie d’Occident.

8 réflexions au sujet de « Notre région sous Charlemagne »

    1. bonjour
      je n’ai pas saisi le sens de votre phrase, il semble manquer un mot à votre message « l’article est complémentaire à celui. »
      cordialement

  1. Pour commencer bravo pour votre note, à la fois limpides et posées. Cela dit, certains points auraient supporté davantage de précisions, par exemple dans la conclusion. Simplement une façon de dire que je suis impatient de découvrir le prochain billet

    1. Bonjour

      merci de votre remarque, et/mais, vous faites référence à quelle note? Vous semblez parler du document sur « Charlemagne »… est-ce exact ?

Répondre à mutuelle Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


+ cinq = 6