Destruction de la chaussée de l’Escalaire

La réunion du 07 février à laquelle je n’ai pas pu participer a bien eu lieu entre la préfecture et les élus locaux avec la présence des entreprises et autres parties prenantes.

Pour faire bref à attendant une communication officielle de nos élus qui sera certainement plus détaillée, deux projets sont proposés:

  • destruction de la chaussée demandée, financée et réalisée par Rouleau Guichard, propriétaire de la microcentrale de Bessières
  • conservation et remis en état avec adjonction, côté La Magdeleine d’une microcentrale immergée composée de plusieurs turbines…

Eric Oget de la communauté des communes a diligenté une étude (qui serait fiancée par Econotre,) afin de mieux apprécier les intérêts et inconvénients des deux projets.

Au mieux après enquête d’utilité publique, une décision devrait être arrêtée dans l’année en cours.

Pour rappel, les inconvénients d’une destruction sont:

  • niveau du Tarn plus bas de 70 cm environ
  • pas de réserve ou moins  d’eau pour les agriculteurs de notre plaine
  • idem pour Econotre qui a besoin d’eau en permanence
  • idem pour les établissements Lagrange qui ont eux aussi besoin d’eau pour leur industrie
  • risque très fort de soulever des sédiments qui aujourd’hui bloquent de la pollution depuis deux siècles  (venant des messigiers de la montagne noire,) et plus grave du bisphénol serait pris également dans cette vase.
  • risque de déstabiliser les berges avec des effondrements probables
  • changement certain et incontrôlé de la biodiversité

Pour rappel, les avantages

  • création de berges accessibles à la circulation pédestre possibles
  • disparition d’une construction béton sur le Tarn en conformité avec le Grenelle II

L’Etat voulant se désengager de l’entretien de toutes les chaussées, voit d’un bon oeil leur destruction.

Je n’en dirai pas plus n’ayant pas été là.

On m’a rapporté que les maires de La Magdeleine et de Bondigoux ont affiché fortement leur volonté de défendre le second projet en collaboration avec le Président de la Communauté des Communes.  Merci à eux de cet engagement et j’espère sincèrement qu’une communication précise et permanente réveillera le coeur de nos concitoyens pour défendre un ouvrage qui est là depuis plusieurs siècles et qui, donc, a certainement participé au façonnement de notre écosystème actuel.

NB: Eric Oget nous faisait remarquer que la règlementation Européenne et Grenelle II favorisent la remise à l’état naturel de nos cours d’eau, doit-on considérer qu’un ouvrage vieux de plusieurs siècles est « naturel » ? Où bien doit-on remonter au moyen âge, ou à la préhistoire ?

 

Une réflexion au sujet de « Destruction de la chaussée de l’Escalaire »

  1. bonjour
    sans vouloir prendre partie dans un sens ou dans un autre, il me semble que dans les avantages, vous avez oublié la navigabilité du Tarn et l’intérêt touristique qu’elle peut présenter?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


2 + deux =