Archives de catégorie : Le coin du citoyen

Réactions et droit de parole aux citoyens

Racisme et bêtise

Une nouvelle fois, des évènements tragiques font ressurgir la bête immonde…

Parce que des imbéciles, parfois abandonnés de la république, isolés dans une rumination lente et profonde sur leur place dans notre société, cibles faciles de manipulateurs pervers, commettent l’irréparable inacceptable, la bête immonde se réveille.

 

Ceux que l’on appelle terroristes et, qui ne sont pour moi que des êtres perdus et sans repère, marginaux issus de n’importe quel milieu, aisé ou pas, ouvert ou pas, ces soi-disant terroristes qui ne sont que des assassins paumés, utilisant la religion pour justifier leurs actes, ont, au delà des crimes odieux qu’ils ont commis, réussi leur coup ! Ils ont réveillé cette peur enfouie en nous, cette peur qui libère la parole de l’ostracisme, du racisme de la haine.

La haine contre l’étranger, le rejet d’une religion dont on ignore tout mais qui semble la responsable de tout, le rejet de celui qu’on ne comprend pas car différent de nous, sont les éléments de bases de ceux qui ne réfléchissent pas assez loin…

Pourquoi un individu, citoyen, bon père, bon camarade, devient tout à coup vecteur de la haine ?

On peut supposer que c’est parce qu’il a peur. Mais peur de quoi ?

Peur d’une représentation pas très nette d’une menace pour lui, sa famille, ses biens…  Cette représentation négative est effectivement ressassée et amplifiée par les médias condamnés à racoler des fidèles afin de financer leur boîte. Mais ce n’est pas nouveau, puisque l’église elle-même a été complice de ce type de lavage de cerveaux au cours des siècles passés.

 

Pendant presque 2000 ans, le juif était responsable des famines, de la peste et autres maux et, régulièrement on évacuait ses peurs au travers de pogroms détestables.

Dans nos régions du sud-ouest, nous avions aussi une autre cible, les cagots, et il a fallu attendre que Louis XIV s’énerve pour que la peur de la répression royale soit plus forte que la peur de l’autre et que ces cagots puissent enfin être acceptés par nos ancêtres….

Depuis une soixantaine d’années ce sont les femmes et les hommes d’origine nord africaine qui sont devenus « nos juifs ou nos cagots », ratonades et injustices de tous ordres ont émaillé ces dernières années.

Avant eux on a eu les Italiens, les Espagnols qui ont été nos têtes de Turcs!!! et puis aussi les pieds noirs, rappelez-vous les bagarres dans les cours de récréations entre « les bons français » et ces étrangers qui venaient nous prendre tous les logements et allocations familiales et qui avaient un accent bizarre !!!

Oui je sais, vous les racistes, vous allez m’objecter: « oui mais eux étaient cathos et ils se sont intégrés parce qu’ils ont notre culture alors que les autres… les musulmans…. jamais ils ne pourrons s’intégrer!!!! ». Et que faites vous des asiatiques alors ? pas cathos eux non plus et pourtant intégrés !!! « Mais eux ils sont gentils, ils ferment leur gueule, ils bossent…. »  Non, ils sont différents mais leur différence ne vous fait pas peur, c’est tout ! Les racistes souhaitent toujours que tous les autres leur ressemblent ou au moins soient d’une discrétion qui les rende invisibles, alors qu’eux-mêmes sont souvent ces êtres grossiers et bruyants quand ils vont en visite dans d’autres pays!!!

 

Quand j’entends des êtres à priori équipés d’un cerveau dire que tous les musulmans sont inadaptés à notre société, j’hallucine.

Si 5 à 10% des immigrés de confession musulmane tombent dans la délinquance, je vous rappelle que 90 à 95% s’intègrent et adhèrent aux valeurs de la république et participent entièrement à la vie économique et sociétale de notre pays, et comme pour les vagues migratoires précédentes (Italiennes, Espagnoles, Asiatiques…) ce phénomène est connu et ne doit pas nous effrayer.

Et, faire l’amalgame entre immigration, si riche et nécessaire à notre évolution, et actes débiles commandés par des fous confrontés à des problèmes à quelques milliers de kilomètres de chez nous, c’est donner la preuve que nous attendions tout simplement une occasion pour réveiller la bête immonde qui dort au fond de nous…

 

Bridez cette bête!!! sinon elle va, à termes, vous dévorer, et là les malades logés aujourd’hui en Iraq et Syrie auront eu raison.

 

 

 

Elections Européennes

Veuillez trouver ci-dessous les résultats aux élections européennes de notre village.

 

Que dire ?

 

Nous avons eu une participation honorable compte tenu du contexte, mais la poussée FN qui doit à mon avis être plus un vote contestataire qu’un vote extrême démontre deux choses.

  • Les partis classiques ne sont plus pris au sérieux
  • Le FN incarne une contestation de ras-le-bol…

Si nous laissons la parole aux extrêmes, c’est parce que les modérés ne sont plus pris au sérieux, à qui la faute ?

  •  Aux médias qui ne savent parler que des points négatifs des actions politiques françaises et européennes, et créer ainsi un climat de méfiance
  •  Aux femmes et aux hommes politiques qui font tout ce qu’il faut pour nous dégoûter de leurs actions (affairisme, protection de leurs acquis, frein aux réformes des territoires, affichage d’une désinvolture effarante par rapport à la détresse des gens…)
  • Aux citoyens qui ont trop souvent un comportement de consommateur, sans analyse profonde et politique des conséquences de leurs propres actes

Bondigoux a eu une participation très honorable par rapport à celle des Français.

Le FN s’est taillé la part du lion, comme ailleurs… 24,7 %

L’UMP est à sa place habituelle dans notre village, après le PS, qui lui n’a pas à crier victoire vu son score en dessous de la moyenne…

Les écologistes font un bon score et nous ne pouvons que nous en réjouir, alors qu’une percée remarquée de Dupont-Aignan relativise le score de la liste de M Mélenchon.

En conclusion une dispersion des voix qui fait le jeu du FN et devrait faire réfléchir les partis dits traditionnels et en capacité jusqu’à présent d’être aux responsabilités.

election europeenne

 

 

Nelson Mandela, hors normes et modèle pour tous…

Nelson Mandela est décédé le 5 décembre 2013, il avait 95 ans…

Né le 18 juillet 1918 dans le village de Mvezo, en Afrique du Sud, il est le fils d’un chef de tribu, membre de la famille royale des Thembus. Nelson Mandela s’appelle en réalité Rolihlahla, mais une institutrice, comme le voulait la coutume et influencée par la langue anglaise, lui donne le nom de Nelson. Son père meurt en 1927.

Le régent des Thembus adopte Nelson. Ses études se poursuivent au collège de Clarkebury puis au lycée de Healdtown, et enfin à l’université pour la population Noire de Fort Hare. En 1941, Nelson rejoint la ville de Johannesburg. Il s’engage en politique et fonde avec des amis, en 1944, la Ligue des jeunes pour le parti de l’ANC (African National Congress). L’organisation prône une opposition pacifique et l’abolition des lois d’apartheid. Nelson Mandela accède à la tête de l’ANC du Transvaal en 1952 et ouvre le premier cabinet d’avocats Noirs à Johannesburg.

La situation s’aggrave en Afrique du Sud lorsqu’en 1960, soixante-neuf manifestants d’un parti dissident de l’ANC, meurent après la répression policière. L’ANC est interdit. Constatant que l’opposition pacifique est inefficace, Nelson Mandela met en place en 1961 « la lance de la nation », qui lutte avec les armes et mène des opérations de sabotage.

La presse relate ses exploits, mais Nelson Mandela est arrêté en 1962 et ses camarades en 1963. Il est alors condamné à la prison à vie. Prisonniers, le groupe parvient à poursuivre des études, tandis que les contestations contre l’apartheid prennent de l’ampleur.

Nelson Mandela est érigé en icône de la lutte, et sa libération est exigée par une large partie de population. Malgré des tentatives de négociations pour libérer Mandela, celui-ci ne sort de prison qu’en 1990, grâce au départ de Botha, remplacé par le président Frederik De Klerk, 27 ans de prison n’ont pas cassé l’homme.

Dès sa libération, Nelson Mandela est élu en 1991 président de l’ANC. Il reçoit le prix Nobel de la paix avec Frederik De Klerk en 1993 pour ses efforts de négociations entre Blancs et Noirs, pour sa résistance face aux menaces qui lui sont adressées.

Son travail est couronné de succès en 1994, le 27 avril, lors qu’il participe pour la premières fois à des élections libres où Blancs et Noirs peuvent se présenter.

Il est élu président de la République quelques jours plus tard, le 9 mai. Son mandat est marqué par la volonté de redresser une « nation arc-en-ciel », c’est-à-dire une nouvelle société sud-africaine après la fin de l’apartheid.

 

Citations de Nelson Mandela

« En faisant scintiller notre lumière, nous offrons aux autres la possibilité d’en faire autant. »
Citation de Nelson Mandela, Extrait du Discours d’investiture – 10 mai 1994

« Aucun de nous, en agissant seul, ne peut atteindre le succès. »
Citation de Nelson Mandela, Extrait du Discours d’investiture – 10 mai 1994

« J’ai appris que le courage n’est pas l’absence de peur, mais la capacité de la vaincre. »
Citation de Nelson Mandela, Un long chemin vers la liberté, 1994

« Il est difficile d’expliquer à quelqu’un qui a les idées étroites qu’être « éduqué » ne signifie pas seulement savoir lire et écrire et avoir une licence, mais qu’un illettré peut être un électeur bien plus « éduqué » que quelqu’un qui possède des diplômes. »
Citation de Nelson Mandela, Un long chemin vers la liberté, 1994

« Un homme qui prive un autre homme de sa liberté est prisonnier de la haine, des préjugés et de l’étroitesse d’esprit. »
Citation de Nelson Mandela, Un long chemin vers la liberté, 1994

« Je ne suis pas vraiment libre si je prive quelqu’un d’autre de sa liberté. L’opprimé et l’oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité. »
Citation de Nelson Mandela, Un long chemin vers la liberté, 1994

« La politique peut être renforcée par la musique, mais la musique a une puissance qui défie la politique. »
Citation de Nelson Mandela, Un long chemin vers la liberté, 1994

« Pour faire la paix avec un ennemi, on doit travailler avec cet ennemi, et cet ennemi devient votre associé. »
Citation de Nelson Mandela, Un long chemin vers la liberté, 1994

« Etre libre, ce n’est pas seulement se débarrasser de ses chaînes ; c’est vivre d’une façon qui respecte et renforce la liberté des autres. »
Citation de Nelson Mandela, Un long chemin vers la liberté, 1994

Une leçon de calcul du niveau CE2

Un petit rappel de calcul de CE2 pour les nuls…

« Si papa achète un objet 100 € et qu’il le revend 200€ c’est qu’il a fait un bénéfice de 100 €

Si maman reçoit de la CAF 100 € et qu’elle achète un vélo à son enfant, 200 €, elle a tout de même dépensé 200 € qu’elle n’a plus, même si c’est papa qui lui a donné les 100 € du bénéfice de sa vente »

Si notre commune dépense 200 000 euros (je dis n’importe quoi) pour refaire la mairie, et que les subventions ont été, mettons de 100 000 euros. Il reste bien 100 000 euros à trouver.

Que cet argent « trouvé » soit le bénéfice du lotissement (qui entre nous était prévu pour financer le tout à l’égout, qui n’est pas achevé), c’est bien de l’argent qui appartient aux contribuables et que l’on aurait pu mettre ailleurs…

D’autre part, il me semble que les subventions, c’est aussi de l’argent issu de nos impôts !!! ce n’est pas le père Noël qui fait des cadeaux!!

Donc, dire que la mairie n’a rien coûté aux contribuables, ce n’est plus abuser de leur « crédulité », c’est tout bonnement les prendre pour des demeurés…

Pourquoi ce papier ? Parce qu’aujourd’hui la mairie a été inaugurée, et je répète, le résultat en est heureux, donc je ne remets pas en cause les choix du conseil municipal ! Mais il a fallu que notre 1er magistrat lâche cette énormité ! La mairie n’a rien coûté aux contribuables !!!

Mais alors, c’est de la magie ! Et si Didier, notre maire pouvait reproduire le même numéro de prestidigitation,  pour diminuer les impôts de notre commune qui sont hors normes, ou bien pour rembourser une partie de la dette, mais qu’il le fasse ! Et là je mangerai ce papier !!! c’est promis !!!

Intervention d’un lecteur sur l’affichage des actes de la mairie

Je reporte tel que le texte envoyé par un internaute….

L’affichage des actes municipaux « à la porte de la mairie »

La Mairie de notre cher Village est en infraction. L’affichage étant fait à l’interieur de la Mairie…???

Certes cela ne date pas d’hier..!!!

Mais notre Maire aurait dû depuis son investiture se conformer à la règlementation en tant que 1° responsable Administratif

 Pour rappel ci-dessous les textes….

Le ministre de l’intérieur et de l’aménagement du territoire, avait été interrogé « sur les modalités pratiques d’affichage des actes et des comptes rendus des séances des conseils municipaux des petites communes.

La publicité des actes pris par les autorités communales est assurée, aux termes des articles L. 2131-1 et L. 2131-3 du code général des collectivités territoriales, par leur publication ou affichage. Cette publicité conditionne l’acquisition du caractère exécutoire des actes de portée générale.

L’affichage du compte rendu des séances du conseil municipal fait l’objet des dispositions des articles L. 2121-25 et R. 2121-11 du même code : il doit être effectué à la porte de la mairie, c’est-à-dire selon la jurisprudence dans un lieu facilement accessible au public, dans un délai de huitaine, ce délai n’étant pas assorti de sanction en cas de dépassement. L’affichage est une mesure de publicité qui vaut également pour les arrêtés du maire.

Il lui avaité été demandé si l’affichage « à la porte de la mairie » implique un affichage extérieur, assurant une consultation aisée et facilement accessible au public, par exemple au moyen d’un tableau vitré ou d’un panneau grillagé d’affichage officiel apposé contre la mairie ou à proximité immédiate ».

Réponse du Ministre de l’intérieur

Le Ministre à répondu : « La publicité des délibérations du conseil municipal et des arrêtés du maire est assurée soit par leur publication dans le recueil des actes administratifs diffusé par la commune, soit par l’affichage.

Cet affichage est organisé, pour le compte-rendu des séances qui retrace les décisions prises par délibération du conseil municipal, dans les conditions prévues par les articles L. 2121-25 et R. 2121-11. Les mêmes modalités peuvent être appliquées aux arrêtés du maire.

Ainsi, des tableaux d’affichage officiel doivent être apposés « à la porte de la mairie », cet emplacement permettant une consultation des actes communaux à tout moment par le public. En pratique, l’affichage a lieu, dans des panneaux vitrés ou grillagés, sur le mur extérieur de la mairie ou d’un immeuble communal proche de celle-ci.

Outre cet affichage traditionnel, certaines communes ont pris l’initiative de mettre à la disposition du public des écrans électroniques permettant de consulter les actes communaux.

Le juge administratif peut être amené à vérifier que la formalité d’affichage d’une délibération à la porte de la mairie a été respectée (CAA de Nancy, 3 février 2005 n° 00N000378 ; CE, 28 juillet 1995 n° 084735).

Il doit être noté à titre d’exception que, dans son jugement du 26 avril 2000 n° 9712067/4, le tribunal administratif de Paris a considéré comme valable l’affichage des convocations aux séances du conseil de Paris ainsi que des comptes-rendus desdites séances sous le porche de l’hôtel de ville, dont l’accès est libre aux heures d’ouverture de la mairie.

Néanmoins, cette position jurisprudentielle qui concerne le conseil de Paris, siégeant soit en formation de conseil municipal soit en formation de conseil général selon les affaires relevant des compétences communales ou départementales, ne paraît pas s’appliquer à l’ensemble des conseils municipaux. » (Réponse publiée au JO du 20/03/2007 page 2966).

 

Du rififi chez les ambitieux !!!

Je sais, je ne devrais pas, mais là, c’est vraiment, vraiment trop tentant. Il faut dire qu’ils ont tout fait pour que je craque.

Oui, les deux coqs de la bassecour UMP, Copé et Fillon, ont vraiment tout fait pour que l’on se moque. Et pourtant, au début, passé le moment de sidération, on essaie de comprendre, on compatit, on se dit que l’organisateur du vote devait être à deux pieds sous terre, couvert de honte et d’opprobre, qu’eux, les chefs, n’y sont pour rien. Et puis jour après jour, on découvre, au travers des comportements des uns et des autres, les seconds couteaux, autant que les chefs, combien les enjeux sont forts pour en arriver à accepter de se ridiculiser devant 65 millions de français…

Mais quel est cet enjeu qui porte des hommes apparemment sains d’esprit à se déchirer, à se commettre dans des comportements de cour de pénitencier, où le vice n’a d’égal qu’avec la violence.

Le pouvoir! ce putain de pouvoir qui ouvre les portes de la fausse gloire, de l’égocentrisme, de l’argent, de la déférence obséquieuse, des allégeances éphémères. Comme il doit être bon de jouir de ce pouvoir alors qu’on est si petit sans cela. 28 voix en plus, 80 voix en moins et hop, on est revêtu ou dépouillé , suivant la place que l’on occupe, de la vêture honorifique tant convoitée. Que ces gens sont ridicules et tordus pour se retrouver dans pareille situation ! Que de travail serait à faire avec l’aide de psy pour les ramener à la raison !

Mais quelle honte aussi ! Quand je pense aux sarcasmes qu’a subie la gauche de la part de ces mêmes individus, lors des ratés Ségolène/Martine…

Après ça, comment réconcilier les français avec la politique, quand politique veut dire coups bas, argent facile, trahisons, et mensonges effrénés..

Comment peut-on confier les clés du coffre, la direction des affaires publiques, nos vies, à pareils individus ?

Oh! je sais, à gauche ce n’est peut-être guère mieux, mais enfin, jusqu’à preuve du contraire, le vaudeville de cette année est tout de même écrit par l’UMP ! Et la gauche n’a pas eu deux présidents devant les tribunaux, autant de malversations et autant de magouilles à son actif…

Alors, à qui s’en remettre pour être gouverné honnêtement ? Je n’en sais rien, mais il est de notoriété publique que les deux seuls hommes politiques jugés intègres à ce jour dans la conduite des affaires du pays ont été De Gaule (mais avec pas mal de sang sur les mains) et Jospin … Cela veut bien dire que c’est possible… Bon, aujourd’hui, à droite, je ne vois personne, et à gauche, j’attends avec impatience que cet homme se révèle… Mais j’espère toujours

Pour en revenir au drame UMPésque de ce mois-ci, j’ai une pensée toute particulière pour les militants de base, les colleurs d’affiches, les porteurs de valises, ils doivent se sentir un peu floués tout de même… J’en connais un sur notre commune ; notre maire, et, j’ai tout de même une pensée émue pour lui car après avoir dû subir les sarcasmes de ces concitoyens devant le comportement de Sarko pendant cinq ans, il n’aurait jamais imaginé pareil tintamarre côté droite alors que la gauche gouverne.

J’espère qu’un adhérant un peu fragile ne va pas sortir un colt pour abattre un des deux coqs de la bassecour, car la fin serait brutale et moins marrante… Quoi que… Si on en pendait un ou deux à un lampadaire avec une pancarte autour du cou « cet homme était un malade dangereux et nuisible » cela calmerait peut-être tous les autres…

Monsieur Copé, Monsieur Fillon, vous venez en quelques jours de casser l’image des hommes politiques, et ceci pour plusieurs années… Et ça, on ne peut pas vous le pardonner… Et pourtant, dans quelques semaines, vous paraderez à nouveau dans le fol espoir d’être un jour investi au poste suprême : Roi ! oui, mais roi des c.. à coup sûr !!!

Comment peut-on sérieusement penser maintenir une activité suffisante du BTP et des travaux publics avec les nouvelles mesures annoncées par DUFLOT (fin du scellier, blocage des loyers, nouveau système de défiscalisation très restrictif etc.)

Ma réponse:

Depuis les années 75, des dispositifs très favorables pour les gens à revenus confortables ont été imaginés pour augmenter l’offre de logements locatifs modérés à des personnes n’étant pas en mesure d’accéder à la propriété ou à des loyers élevés.

 

Le succès a été immédiat. Au fil des années, les gouvernements et ministres du logement qui se sont succédés ont dévoyé cette loi qui a transformé cet avantage fiscal en instrument financier. Les plafonds de location ont été relevé, les agents immobiliers ont rajouté à leur offre des produits assurance vie avec en final un outil qui n’était plus à destination des plus pauvres mais des plus aisés. Pour finir, cet instrument était financé par tous, puisque la fiscalité appartient à tous.

Je rappelle que beaucoup de personnes isolées, ou de couples à faibles revenus, sont maintenant exclus de ce dispositif, car les propriétaires demandent pour louer ces appartements des revenus de cadre supérieur et des garanties de trois générations !!!

 

Que l’on ne me dise pas que c’est inexact, je fais depuis plusieurs années un « truc » délirant, qui consiste, chaque année, à être le garant d’étudiants dont les parents n’ont pas plus de 3000 euros de revenus à deux. Tout cela pour que des jeunes puissent suivre leur cursus universitaire à Toulouse sans loger sous les ponts. Et je n’ai eu aucun problème; preuve que les personnes sont solvable et que plus on est riche et plus on a peur du pauvre…

Il a eu un effet pervers à ce dispositif de défiscalisation, c’est le désengagement de l’état dans la construction d’HLM.

Nous avons donc d’un côté des appartements vides ou occupés par une population qui pourrait vivre dans des logements non protégés, et des milliers de personnes sans logement de l’autre. L’état les reloge dans des hôtels, pour partie, vous pouvez imaginer le coût pour la collectivité !!! Et des milliers de sans-logis sont dans la détresse.

Derrière, il y a le BTP. Enorme employeur de main d’oeuvre plus ou moins spécialisée. On peut imaginer que si l’état relance la construction des HLM, il n’y aura alors qu’un simple transfert de donneur d’ordre.

De plus, à la charge des requins du BTP, nous avons des centaines de milliers de logements issus de ces différentes lois de défiscalisation qui ont été considérés comme des instruments financiers, dont les propriétaires ne savent même pas exactement à quoi ils ressemblent pour ne jamais être allé les visiter, ayant confié l’ensemble de leur gestion à des organismes. Résultat, les acteurs du BTP ont fait de la m..de, aucun propriétaire ne mettant la pression pour avoir un produit de qualité.  Je peux en témoigner pour en avoir visité quelques-uns…

Bilan de tout ceci:

  • des appartements de qualité médiocre qui vont se détériorer très vite
  • des exigences délirantes de propriétaires aisés, ou de société de location pour garantir les loyers
  • chute de l’investissement de l’état dans la construction des HLM
  • des milliers de sans abris
  • un coût pour nous tous au profit de d’une minorité

Donc oui, le gouvernement a raison de mettre un terme à ce gâchis.

Non, le BTP ne sera pas la grande victime, même si en ce moment la crise a fait chuter considérablement les nouvelles mises en chantier. De plus, les collectivités locales ont aussi baissé leurs commandes de grands travaux.

Mais je crois que nous sommes tous d’accord pour affirmer que tous les métiers sont impactés par la crise, BTP, Industrie, Services et la Santé. Donc Mme Duflot n’est certainement pas responsable de grand chose, hélas, et dans un souci d’économie, les « avantages » pour les plus aisés seront écornés, même si cela a des implication sur tous…

La solution devient difficile à trouver dans la crise que nous traversons où chaque euro devient compliqué à trouver… C’est comme un ménage surendetté qui ne peut même plus payer l’essentiel…

 

 

.

 

Comment faire croire aux jeunes, aux retraités, aux salariés qu’on va bientôt sortir du tunnel ?

Le tunnel dont il est question ici est bien entendu celui de la crise économique et plus généralement financière. Et le comment doit être pris dans le sens de : comment oser…

 

Une remarque avant de commence : plus vous direz à quelqu’un qu’il n’arrivera pas à réaliser quelque chose et moins il y arrivera, tout simplement au nom de la règle des prédictions auto-réalisatrices. Ce phénomène bien connu des sociologues et psychologues pourrit la vie de milliers de personnes tous les jours.

 

Mais revenons-en à la question posée.

Un constat: nous sommes dans la mouise, la galère…

Si l’on regarde des situations homologues ayant existées dans le passé, nous constatons qu’à chaque fois nous sommes repartis. Vous me direz, la situation est différente, c’est exact ! la mondialisation et la vitesse de circulation de l’information n’aident pas, certes ! La désindustrialisation du pays est forte, oui c’est encore vrai. Mais pour autant, nous avons, nous les citoyens, les moyens de réagir soit en descendant dans la rue pour obliger les gouvernants à prendre certaines décisions, soit en bossant plus (quand on le peut), soit en imaginant des moyens de survie, en fonction de notre situation matérielle, géographique et psychologique.

 

Je sais que nous vivons dans un monde habitué à attendre d’en haut, des autres, des solutions globales. Là je crois qu’il faut plutôt compter sur soi et sur sa propre capacité à réagir, sans attendre les évolutions globales impulsées par des politiques plus ou moins heureuses.

 

Notre pays est, lui aussi, encore en capacité de réagir; l’Europe représente une force par le simple fait de sa taille et de sa capacité à peser sur l’existant, en prenant des décisions qui vont dans le sens de la reprise.

 

Je sais qu’aujourd’hui l’Europe est dirigée par des libéraux et que leur premier principe est de laisser le marché décider pour nous. Oui cela n’aide pas; mais malgré ça, les hommes politiques des différents pays arrivent à faire intervenir les instances européennes dans un sens positif.

 

Les trois dernières années, il nous semble à nous qui n’y comprenons pas grand-chose, que les choix faits ont été trop lents, en dessous des moyens attendus et avec un esprit partisan qui partait du principe qu’il fallait en profiter pour « punir » les pays fautifs. Soit, mais aujourd’hui, nous sommes trois ans plus tard toujours dans une position très délicate.

 

Alors doit-on motiver nos citoyens pour sortir de cette impasse en leur « faisant croire » que demain cela va aller mieux ?

Ou bien : doit-on dire à nos concitoyens que demain cela va être pire ?

Des deux méthodes je préfère la première car sans bouger un oeil, elle sera de toutes les façons plus productive que la première.

Ensuite, si le gouvernement actuel affirme que demain cela va aller mieux, j’ai la faiblesse de croire que c’est parce qu’il le croit également et qu’il pense, (à tort ou à raison) en plus, avoir quelques clés pour y arriver.

Alors oui, je préfère entendre un discours positif sans être angélique pour autant, qu’un discours négatif qui plomberait toutes les actions entreprises…

 

Personnellement je suis de ceux qui croient qu’en prenant un peu plus d’argent aux dix pour cent qui se gavent, pour financer notre désendettement en même temps que de favoriser la reprise en s’interdisant de choisir toute action menant à la récession, devrait nous permettre d’y arriver. Plutôt favoriser la croissance que mettre en place des plans d’austérité ; il suffit de regarder les effets de ces fameux plans en Grèce, Espagne, Irlande, Italie.

 

Le bémol que je vois ici est que nous avons pris trois ans de retard et que trop de personnes sont restées sur le bord de la route. Comment relancer un pays qui doit aider 4 à 5 millions de laissés pour compte alors que nous sommes attaqués par tous les requins de la finance ? C’est là que nous attendons des actions de nos dirigeants français et européens.

 

Je ne suis pas un spécialiste pour proposer quoi que ce soit en matière de solutions techniques, je crois que peu de personnes en sont capables d’ailleurs. Mais oui, nous devons regarder l’avenir en souriant sinon, le taux de suicides et de malheurs risquent de nous submerger, favorisant ainsi la monté d’un nationalisme abject et rétrograde. Rappelons-nous comment et pourquoi Hitler est arrivé au pouvoir…

 

Les jeunes sont à plaindre dans la situation d’aujourd’hui mais heureusement, ils regardent leur avenir avec des yeux de jeunes, optimistes et un peu inconscients.

 

Les retraités, pour 40% d’entre eux sont dans une situation difficile qui ne s’arrangera même pas si la situation économique s’améliorait, car leur retraite ne va pas par miracle augmenter, hors rattrapage de l’inflation, et si cela empirait et qu’il faille en diminuer le montant, ils seront certainement moins touchés que les retraité plus aisés, du moins j’ose l’espérer.

 

Les salariés ; voilà bien le problème récurrent depuis des années. La libéralisation outrancière, les mensonges répétés qui nous font croire que tout ce qui arrive est à cause des avantages des salariés concédés au siècle passé, font que le niveau de vie des plus bas revenus a baissé de façon significative. Remarquez par ailleurs que les 10% les plus aisés sont encore plus riches… Et je parle là des salariés, pas des chefs d’entreprises ou autres rentiers…

Les salariés et surtout ceux qui sont en rupture d’emploi sont les vraies victimes de la crise et c’est eux qui vont avoir le plus de mal à s’en sortir. Alors oui, là, la politique, les choix de nos gouvernants sont déterminants. Et il est tout de même clair que cette population rejetée par le monde du travail aura du mal à voir la petite lumière du bout du tunnel…

 

Dommage que l’on ne coupe plus les têtes, sinon celles de nos banquiers et autres acteurs de la finance auraient déjà roulées à terre… Mais là est une autre histoire…

 

Pour conclure, l’optimisme devrait être plus porteur que le pessimisme. Le tunnel débouchera un jour vers une société plus apaisée et retrouvant ses repères. C’est mon mot d’espoir…